Conférence-rencontre avec Bernard Messerli – Sa 18 juillet

A la recherche du « mobile » dans un jardin historique

Quand: Samedi 18 juillet de 17h à 18h30

Où: Sur la place du 150ème, Onex-cité (voir ici)

Prangins1

Musée National Suisse

Le potager-musée vivant du château de Prangin, conservatoire d’anciennes variétés régionales du 18e siècle, n’a pas de véritable vocation dans la mobilité. Et pourtant, la plupart de ces plantes respirent encore le voyage, doivent être déplacées chaque année par les jardiniers, ou devraient l’être pour différentes raisons. Exemples : les topinambours qui se déplacent à l’insu de leur plein gré, les mûriers qui sont en bacs, les cardons qui sont venus de Tours, l’olivier qui sent la Méditerranée, les pissenlits et les chénopodes aimés ou honnis (admirés ou arrachés !), le maceron qui s’était enfuit de l’ancien jardin botanique de Genève par les Bastions, la Vitelotte qui a traversé d’Amérique en Europe, puis de l’Oberland bernois à Prangins… Sans parler de la mobilité des idées et de l’état d’esprit des Lumières qui a permis d’élargir l’assortiment végétal et celle d’aujourd’hui qui doit éviter de figer les collections.

Contexte historique
Le jardin ici se situe au temps des Lumières, siècle des encyclopédistes, des savants, des humanistes, des philosophes, Rousseau, Voltaire et Diderot en particulier. En tête de liste, les hommes dont on parle le plus autour du 18e siècle du Château de Prangins, ce sont les barons (Guiguer de Prangins). Ils aimaient les plantes, possédaient un petit « établissement de botanique », des projets de plantations, une bibliothèque contenant des ouvrages d’arbres et de terres… L’apport des Lumières dans le jardin : la raison, l’expérience, l’observation approfondie doivent compléter voire supplanter le sentiment, le religieux, la superstition.

Bernard Messerli est collaborateur scientifique pour la botanique et l’histoire des jardins au Château de Prangins (près de Nyon), siège romand du Musée national suisse. Conservateur des jardins, il s’occupe surtout de gérer la préservation et la mise en valeur du patrimoine extérieur : potager de 5’500 m2 (collection d’environ 200 plantes, potagères et fruitières surtout) et parc de 4,9ha.


The “mobile” side of an historical garden Conference – meet-and-greet with Bernard Messerli – Sat 18 July

The Château de Prangins, a kitchen garden and living museum where regional plant varieties dating back to the 18th century are grown, is not particularly mobile per se. But most of the plants in the kitchen garden are still travellers, and are (or should be) moved by our gardeners every year for a number of reasons.

When: Saturday 18 July from 17h to 18h30

Where: Place du 150ème, Onex-cité (click here)

Bernard Messerli is a scientific collaborator for botany and the history of the Château de Prangins gardens.

postmaster

Add your Biographical Info and they will appear here.